lunes, 29 de enero de 2018

“What does it mean to declare St John Eudes a Doctor of the Church?

To offer a saint to be named a Doctor of the Church is to offer richness and a reference point for the life of the baptized. In offering St. John Eudes, we wish to highlight a saint who, in difficult times of disunity and uncertainty, worked for the renewal of Christian life; a saint who, through the powerful image of the heart, has opened a practical spiritual path whereby a baptized person, following Mary, is invited to “form Jesus in him/her.

The recognition of St. John Eudes as a Doctor of the Church would place in the mainstream the valuable school of French spirituality which has exercised a significant influence on the Church since the 17th century to this day and, in particular, on priestly formation, religious congregations that sprang from this tradition, and the role of the laity in the Church.

The life, witness, writings and legacy of St. John Eudes are relevant to the new evangelization and the renewal of baptismal life. Furthermore, we find that what St. John Eudes preached and wrote in his day is consonant with the texts of Vatican Council II, the Catholic Catechism, the writings of St. John Paul II, and the interventions of Pope Francis.

We can emphasize, in particular, the pastoral dimension of this apostle of the 17th century, the missionary engagement and the spiritual formation which were at the service of the renewal of Christian life. This is in line with the insistence of Pope Francis on the need to be “missionary disciples” (Joy of the Gospel). John Eudes lived in an inseparable manner the service of mercy, the proclamation of the Gospel, and the formation of Jesus in human hearts.

We, the Eudist family, see in this process of obtaining recognition of St. John Eudes as a Doctor of the Church a great opportunity to reclaim the relevance and fruitfulness of the spiritual experience of St. John Eudes. This will certainly take time and the mobilization of the entire Eudist family. In any case, we hope to succeed.

Sr. Marie-Françoise Le Brizaut / Angers - Caen, January 2018


jueves, 25 de enero de 2018

Interview du père Jean-Michel Amouriaux, Supérieur Général, avant sa visite aux Philippines


Aude Bauguin : Père, vous partez dans quelques jours aux Philippines. Dans quelles villes, communautés vous rendez-vous ?

P. Jean-Michel Amouriaux : Oui c’est une joie pour moi de retourner à la rencontre des Eudistes et des candidats aux Philippines. Mon premier contact reste très présent dans ma mémoire, et avec des relations qui se sont tissées depuis quelques mois. Je me rends à Manille et certainement j’y resterai, dans la communauté de formation, mais j’irai certainement dans le centre spirituel des Eudistes ou dans les paroisses où exercent les Eudistes ; j’espère aussi pouvoir sortir de Manille, peut être chez les sœurs contemplatives du Bon Pasteur. En général, le programme de mes séjours est établi par les confrères, et je me laisse conduire !

Vous avez déjà rendu visite à cette région au début de votre généralat : pourquoi y retourner déjà ?

Effectivement je suis allé aux Philippines en avril dernier dans le cadre de la visite canonique en vue de la nomination du Supérieur provincial. J’avais alors dit que je reviendrai, plus longuement, pour rencontrer les confrères, les Sœurs du Bon Pasteur et les Petits Sœurs des Pauvres. J’interviendrai dans le cadre du temps spécial de formation eudiste, en transmettant ce que je perçois de la spiritualité de saint Jean Eudes, en particulier sous l’angle de la christologie de notre Fondateur. Je viens aussi dans un cadre précis depuis l’Assemblée qui a demandé au Conseil général de s’engager davantage sur l’avenir de cette fondation. Dans notre jargon interne, nous parlons de projet de Congrégation, ce qui implique un engagement direct du Conseil général, pour discerner avec les intéressés les voies d’avenir, les besoins de formation, les implications économiques… Le projet de Congrégation a été confié à la Province d’Amérique du Nord qui a beaucoup investi depuis 12 ans, en lien avec les autres Provinces, autant sur le plan financier que sur le plan du personnel. Il y a actuellement un confrère des Etats-Unis et un autre du Bénin. Des engagements financiers se poursuivent, assurés par la Province et par l’administration générale, et par la communauté locale. C’est en concertation avec les intéressés sur place, avec le Supérieur et le Conseil de cette Province que j’accomplirai cette recherche pour l’avenir. Nous sommes à un moment charnière de la vie de cette fondation, car la croissance du nombre d’Eudistes aux Philippines requiert de poser des choix : pour les implantations missionnaires dans le cadre de notre charisme, pour trouver des sources de financement de manière à assurer progressivement l’autonomie, pour chercher à inculturer la vie eudiste aux Philippines.

La cause du doctorat avance, un site internet a été inauguré : comment se passe la diffusion de la spiritualité eudiste aux Philippines ? y a-t-il déjà des associés là-bas ?

De manière intéressante, je vois que le livre de Mgr Luc Crépy et de Sr Marie-Françoise Le Brizaut a été traduit en anglais et édité aux Philippines, avec la préface du Cardinal Tagle, archevêque de Manille. C’est un signe prometteur, montrant les possibilités de production en langue anglaise. C’est en effet un grand défi pour nous de produire davantage de matériel eudiste en anglais ; nous le faisons avec les Sœurs de Notre Dame de Charité du Bon Pasteur dont l’anglais est aujourd’hui la langue principale. Les Eudistes en Californie sont de la même Province et je pense qu’une collaboration se met en place dans ce cadre.

Quant aux associés, il n’y en a pas encore aux Philippines mais j’avais posé la question l’an dernier de la possibilité de réunir quelques personnes dans ce cadre ; certainement, cette réalité de la Congrégation va se mettre en place dans cette fondation qui n’a, rappelons-le, que 12 ans.

Les Sœurs de Notre-Dame de Charité du Bon Pasteur ont beaucoup œuvré pour l’établissement d’une communauté eudiste aux Philippines. Avez-vous prévu de les rencontrer ?

Oui, bien sûr ! Il y a au quotidien de nombreuses relations entre les congrégations fondées par saint Jean Eudes. Une journée est prévue avec les Sœurs. De plus, sur une partie de mon séjour, sr Marie-Françoise Le Brizaut sera présente pour intervenir auprès des candidats en temps spécial de spiritualité eudiste. J’encourage beaucoup, ici et partout où je passe, pour renforcer les relations et les collaborations entre nos instituts. Je suis persuadé que nous avons beaucoup à recevoir de la manière de vivre la spiritualité eudiste par les Sœurs, par les diverses cultures, et cela vaut aussi par la manière de vivre la spiritualité par les associés, dans leur expérience propre.

Quelle est votre priorité pour cette fondation aux Philippines ?

Ce qui est pour moi prioritaire est la transmission de notre ADN Eudiste ; cela s’est fait depuis le début mais il faut continuer, notamment par le biais de la formation de nos propres candidats. Lorsque saint Jean Eudes nous demande de servir de manière prioritaire les prêtres, leur formation et leur accompagnement, c’est un appel à une grande responsabilité, auquel nous ne pouvons répondre que par la qualité de notre formation. Et cela passe par la qualité de la formation que nous offrons à nos formateurs ! Je souhaite parler de ce sujet essentiel avec les confrères aux Philippines.

Interview réalisée pour CJM-Rome| Communication

English

Español

Lire notre website CJM. Click here

Así viven los Eudistas la llegada del Papa Francisco a Perú

El padre Miguel Ángel Soto Toloza relató, en compañía de la hermana Alicia Corvacho, Superiora Provincial de las Hermanas del Buen Pastor en Perú, la preparación a la llegada del Obispo de Roma:


El padre Miguel Ángel entrevistó a la hermana Alicia sobre las impresiones de la visita del Papa Francisco, a lo que ella respondió: "Realmente no se pueden explicar las emociones porque es un encuentro con el Vicario de Cristo a través de una preparación que hemos tenido como pueblo peruano a nivel espiritual y material y para esperarlo como buenos católicos".

Posteriormente, El Eudista del Minuto de Dios relató la llegada del Papa Francisco al Perú y entrevistó a varios fieles que salieron a saludar al Pontífice:


Finalmente, el padre nos compartió el siguiente vídeo de varios jóvenes que cantan alegres por la visita del Papa Francisco:


Espere más noticias de los Eudistas del Minuto de Dios desde Perú. Lo invitamos a visitar el sitio en Facebook de la visita del Papa haciendo clic aquí


3ème dimanche du Temps Ordinaire - 21 Janvier 2018

‘Le Règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’Evangile …. Venez à ma suite ; Je vous ferai devenir pécheurs d’hommes…’ (Mc 1,3) 

Frères et sœurs, comment ne pas penser que, pour nous, c’est chose faite ! Que, comme pour les premiers disciples, la réponse est depuis longtemps donnée ! Depuis notre baptême; depuis que, sans doute, grâce à nos parents nous avons entendu résonner l’Evangile par notre éducation humaine et spirituelle ; depuis que nous avons commencé à prier ; depuis surtout que nous avons fait nôtre cet engagement de nos parents et qu’ainsi il nous est devenu plus personnel, plus réfléchi, plus intime, avec ses questions, ses illuminations, ses combats et ses joies !

Et, en même temps, comment ne pas reconnaître que le chemin, si j’ose dire, est encore long, pour que je devienne vraiment un disciple du Seigneur ! Ou tout au moins, qu’il faut toujours reprendre la route, me reprendre en main, pour que, réellement, concrètement, véritablement, aujourd’hui, je puisse dire : ‘oui, Seigneur, je crois et je marche à ta suite’.

Mais comment cela peut-il être possible si, comme nous le signifie l’Evangile et le témoignage de la vie des disciples :
  • Je ne suis pas prêt tous les jours à prendre le chemin ;
  • Je n’ai pas compris que je ne peux être disciple tout seul ;
  • Je ne me suis pas mis à la suite d’une Personne vivante, le Seigneur, mais d’une idéologie ou d’un rêve moral, politique, social ou religieux ...
  • Si donc, je ne suis pas prêt à ‘laisser mes filets, la barque de mon père avec ses ouvriers pour partir à sa suite’ (mais alors quels sont ces filets et cette barque ?)
  • Pour Le suivre jusqu’au bout, c’est-à-dire jusqu’à Jérusalem ! Jusqu’à la Croix !
Voila donc que le Seigneur, alors que nous venons de fêter sa Venue dans la Chair (Nativité) et sa Manifestation aux Nations (Epiphanie) et au milieu d’un Peuple de pécheurs (Baptême par Jean au Jourdain), vient nous redire : ‘Venez à ma suite. Je vous ferai devenir pêcheurs d’hommes’ - ce que l’on peut traduire aujourd’hui par : ‘Ensemble, prenez la chemin des disciples-missionnaires’.

Ne nous y trompons pas : cet appel n’est pas adressé seulement individuellement à Simon, André, Jacques et Jean en tant que futurs apôtres (car ils ne le seront qu’après la Résurrection !) donc à leurs successeurs les Evêques (et leurs collaborateurs, les diacres et les prêtres) - Cet appel est adressé aux disciples, à chacun d’entre nous, car nous sommes membres de l’Eglise Apostolique qui signifie ‘envoyée’ : Configuré au Christ - Prêtre, prophète et Roi - par le Baptême et la Confirmation, le disciple du Seigneur est animé par l’Esprit du Christ qui en fait un témoin dans le monde.

Mais aujourd’hui cet Apostolat des laïcs prend une figure nouvelle dans une société marquée par la sécularisation, le doute religieux et leurs conséquences morales. Comment pourrions-nous témoigner si notre foi n’est pas profonde, personnelle, active ? Tel est le sens de notre invitation à mieux nous former ! Ne passons pas à côté !

P. Hubert de Passemar, cjm, curé et le Conseil Pastoral 


An Interview with Fr. Jean-Michel Amouriaux, General Superior, prior to his forthcoming visit to the Philippines



Aude Bauguin: Father, you will be heading for the Philippines in just a few days. Which cities will you be visiting and who are you planning to meet?

P. Jean-Michel Amouriaux: I am indeed very happy to return to the Philippines and meet the Eudists and the candidates. I have very pleasant memories of contacts during my first visit and, since then, new relationships have been made. I will begin the trip in Manila where I’ll stay in the Formation House, but I certainly plan to go to the Center for Spirituality where the Eudists are working as well as in the parishes where they are also at work. I hope to get out of Manila and meet with the Sisters of the Good Shepherd. Usually, my agenda is fixed by the fellow members so I let myself be driven around!

AB: You have already paid a visit to this region at the beginning of your mandate as General; why are you going back so soon?

Correct, I went to the Philippines last April in the context of a Canonical visit former to the nomination of a new Provincial Superior. I had then promised to come back and stay longer to meet the fellow members, the Sisters of the Good Shepherd and the Little Sisters of the Poor. I shall also take part in what is called the « Special time of Eudist formation » by conveying my perceptions of the spirituality of Saint John Eudes, especially from the viewpoint of the Christology cherished by our Founder. The visit also responds to a request from the Assembly that the General Council take a better part in the future of this Foundation. In our professional jargon, a « Project of Congregation » implies that the General Council must commit itself directly to discern, together with the ones who partake in it, the paths for the future, the needs required for formation, the economical implications… This Project of Congregation was entrusted to the care of the North American Province. It has invested quite a lot in the last twelve years, along with the other Provinces, both from the viewpoints of financing as well as personnel. For the moment, one of our companions from the United States, and another from Benin, are working there. More financial commitments are being made by the Province as well as by the general administration and the local community. I’ll be working on planning the future of the project together with those who are directly involved, with the Superior and the Council of the Province. We are now at the crossroads in this Foundation because of the increasing number of Eudists in the Philippines that require that decisions be made for the setting up of missions within the framework of our charisma, for raising financial support to slowly insure its autonomy, for the development of a Eudist way of life keeping with the cultural reality of the Philippines.

The case for the Doctorate is well under way. An Internet site has been inaugurated. How is the Eudist spirituality being spread in the Philippines? Are there yet any Associates in the country?

I am very happy to give notice of the book written by Bishop Luc Crépy and Sister Marie-Françoise Le Brizaut and say that it has been translated into English, then published in the Philippines with the foreword by Cardinal Tagle, Archbishop of Manila. This is very promising because it demonstrates the possibilities we have of producing works in English. It’s a real challenge to publish Eudist materials in English but we have managed it with the help of the Sisters of Our Lady of Charity of the Good Shepherd whose main language now is English. The Eudists in California belonging to the same Province could be of great help in working closely with them in this field.

As for the Associates, there are none in the Philippines for the moment, although I had brought up the idea, last year, of gathering a few people for this purpose. Needless to say, it’s only a matter of time for we must remember that this Foundation is only twelve years old!

The Sisters of Our Lady of Charity of the Good Shepherd have been working considerably for the establishment of a Eudist community in the Philippines. Have you planned meeting with them?

Of course! There are frequent contacts between our institutes founded by Saint John Eudes. A full day meeting has been planned with the Sisters. Moreover, Sister Marie-Françoise Le Brizaut will accompany me for much a part of my stay and will intervene in the discussions with the candidates participating in the «Special time of Eudist spirituality». Wherever I go, as well as here and now, I keep promoting the necessity of reinforcing relationships between our institutes. I’m quite convinced that we have much to learn from the Sisters about implementing the Eudist spirituality in our lives, in our different cultures. This is also relevant to the Associates as they apply this spirituality to their own ways of life.

What is your top priority for this Foundation in the Philippines?

What I prize the most is the passing on of our Eudist DNA! It has been done since the beginning but we must continue, specially in the training work with our own candidates. When Saint John Eudes asks us to give priority to the service of priests, to their formation and their close support, this is an appeal to a huge responsibility to which we can only reply with the highest standards of formation. And this includes the quality of the formation we give to our own trainers! This is one of the fundamental matters I wish to discuss with our companions in the Philippines.

Traduction du français à l’anglais : Pierre Loiselle, associé des Eudistes, Province d’Amérique du Nord.

Français

Español

Read this interview in our website CJM

miércoles, 24 de enero de 2018

Prière Eudiste – 19 Janvier 2018

Méditation préparé par les associés de Côte d'Ivoire de la Vice-province d’Afrique

DE LA NAISSANCE ET ENFANCE DE JÉSUS EN MARIE ET HORS DE MARIE1

Comme la naissance et enfance de Jésus en Marie a ses miracles, sa naissance et enfance hors d'elle a aussi les siens. Car elle est annoncée par les anges, honorée d'une nouvelle étoile, adorée des rois; elle épouvante Hérode, elle sanctifie les innocents, etc. Une des marques de sa puissance est qu'il rend l'impuissance puissante.

L'enfant Jésus fait parler les hommes et les anges, et est en silence. La Vierge est en silence par le silence de son Fils; il appartient à la Vierge, plus qu'à personne, de parler de son Fils, et toutefois elle demeure en silence, silence d'adoration et de transformation

Tandis que le Fils de Dieu est en silence et en impuissance même de parler par son enfance, nous devons parler pour lui, et nous devons parler de lui, d'autant plus volontiers que c'est pour nous qu'il est en cet humble état de silence et d'impuissance; car par son être propre et par sa naissance éternelle, il est la puissance, la parole et la sapience de son Père. Reconnaissant donc ce qu'il est en la Divinité, contemplons-ce qu'il daigne être en notre humanité, et voyons que c'est la puissance de son amour et la grandeur de sa dignation, qui le réduit en cet état de petitesse et d'impuissance. Adorons, admirons un état si abject en un être si grand, et une telle faiblesse en une telle puissance.

Méditation:
Prière finale: AVE COR
Je vous salue, ô Coeur très saint,
Je vous salue, ô Coeur très béni,
Je vous salue, ô Coeur très humble,
Je vous salue, ô Coeur très pur,
Je vous salue, ô Coeur très dévot,
Je vous salue, ô Coeur très sage,
Je vous salue, ô Coeur très patient,
Je vous salue, ô Coeur très obéissant,
Je vous salue, ô Coeur très vigilant,
Je vous salue, ô Coeur très fidèle,
Je vous salue, ô Coeur très heureux,
Je vous salue, ô Coeur très miséricordieux,
Je vous salue, ô Coeur très aimable et très aimant de Jésus et de Marie;

Nous vous adorons,
Nous vous louons,
Nous vous glorifions,
Nous vous rendons grâces;
Nous vous aimons,
De tout notre coeur,
De toute notre âme,
Et de toutes nos forces;
Nous vous offrons,
donnons,
consacrons,
et immolons ce même cœur ;
Prenez-le et le possédez tout,
Purifiez-le,
illuminez-le
et sanctifiez-le,
Afin que vous y viviez et régniez
maintenant et toujours,
et aux siècles des siècles.

Amen !

______________

1 La Nativité de Jésus selon Cardinal de Bérulle (Opuscules de piété, Rotureau, éd. Aubier, 1943.)

Español

English

Lire notre website CJM. Cliquez ici

martes, 23 de enero de 2018

Entrevista del Padre General, Jean-Michel Amouriaux, antes de su visita a Filipinas


Aude Bauguin: Padre, usted viaja dentro de algunos días a Filipinas. ¿En cuáles ciudades estará y cuáles comunidades visitará?

P. Jean-Michel Amouriaux : Sí. Es una alegría para mí encontrarme de nuevo con los Eudistas y a los candidatos filipinos. El primer contacto que tuve con ellos quedó muy presente en mi memoria, y se tejieron buenas relaciones desde hace algunos meses. Voy a Manila y ciertamente me quedaré allí, en la comunidad de formación, pero iré también al centro espiritual Eudista y a las parroquias donde ejercen los Eudistas; espero también poder salir de Manila y visitar la casa de las Hermanas Contemplativas del Buen Pastor. ¡En general, el programa de mis estancias está establecido por los hermanos, y me dejo conducir por ellos!

Usted ya visitó esta región al inicio de su mandato como General: ¿Por qué regresa nuevamente allí?

Efectivamente fui a Filipinas en abril pasado en el marco de la visita canónica con vistas al nombramiento del Superior provincial. Entonces había dicho que volvería, con más tiempo, para encontrar a nuestras Hermanas del Buen Pastor y también a las Hermanitas de los Pobres. Intervendré en el marco del tiempo especial de formación eudista, transmitiendo lo que percibo de la espiritualidad de san Juan Eudes, en particular bajo el ángulo de la cristología de nuestro Fundador. Vengo también en un marco preciso desde la Asamblea que le pidió al Consejo general comprometerse más sobre el futuro de esta fundación. En nuestra jerga interna, hablamos de proyecto de Congregación, lo que implica un compromiso directo del Consejo general, para discernir con los interesados las vías de futuro, las necesidades de formación, las implicaciones económicas… El proyecto de Congregación ha sido confiado a la Provincia de América del Norte que invirtió mucho desde hace 12 años, en conexión con otras Provincias, tanto sobre el plan financiero como el plan del personal. Hay actualmente un colega de los Estados Unidos y otro de Benin. Compromisos financieros se prosiguen, asegurados por la Provincia y por la administración general, y por la comunidad local. En concertación con los interesados del lugar, con el Superior y el Consejo de esta Provincia cumpliré esta investigación para el futuro. Estamos en el momento en una etapa importante de la vida de esta fundación, porque el crecimiento del número de Eudistas en Filipinas requiere de poner elecciones: Para los establecimientos misioneros en el marco de nuestro carisma, para encontrar fuentes de financiación para asegurar progresivamente la autonomía, para procurar inculturar la vida eudista en Filipinas.

La causa del doctorado avanza: un sitio web ha sido inaugurado: ¿Cómo va la difusión de la espiritualidad eudista en Filipinas? ¿Ya hay asociados eudistas allá?

De manera interesante, veo que el libro de Mgr. Luc Crepy y de la Hermana Marie-Françoise Le Brizaut ha sido traducido en inglés y editado por los filipinos, con prefacio del Cardenal Tagle, el arzobispo de Manila. Es un signo prometedor, mostrando las posibilidades de producción en lengua inglesa. Es en efecto un gran desafío para nosotros producir más material eudista en inglés; lo hacemos con las Hermanas de Nuestra Señora de la Caridad del Buen Pastor cuyo inglés es hoy la lengua principal. Eudistas en California están de la misma Provincia y pienso que una colaboración en este marco es muy importante.

En cuanto a los asociados, todavía no hay en Filipinas pero se había planteado la cuestión el año pasado acerca de la posibilidad de reunir a algunas personas; ciertamente, esta realidad de la Congregación va a detenerse en esta fundación que tiene, recordémoslo, solamente 12 años.

Las Hermanas de Nuestra Señora de la Caridad del Buen Pastor trabajaron mucho por el establecimiento de una comunidad eudista a las Filipinas. ¿Se encontrará con ellas? ¡Sí, por supuesto! Hay buenas y numerosas relaciones entre las congregaciones fundadas por san Juan Eudes. Un día está previsto con las Hermanas. Además, sobre una parte de mi estancia, sr Marie-Françoise Le Brizaut estará presente para intervenir cerca de los candidatos en el tiempo especial de espiritualidad eudista. Animo mucho, aquí y por todas partes dónde paso, para reforzar las relaciones y las colaboraciones entre nuestros institutos. Estoy convencido que tenemos que recibir mucho con la manera de vivir la espiritualidad eudista por las Hermanas, por las culturas diversas, y esto vale también para la manera de vivir la espiritualidad con los asociados, en su experiencia propia.

¿Cuál es su prioridad para la fundación en las Filipinas?

Lo que es para mí prioritario es la transmisión de nuestro ADN eudista; esto se hizo desde el principio pero hay que continuar, particularmente haciendo énfasis en la formación de nuestros propios candidatos. Cuando san Juan Eudes nos pide servir de manera prioritaria a los sacerdotes, su formación y su acompañamiento, es una llamada a una gran responsabilidad, a la cual podemos responder sólo por la calidad de nuestra formación. ¡ Y esto pasa por la calidad de la formación que ofrecemos a nuestros formadores! Deseo hablar de esta parte esencial con los hermanos en las Filipinas.

Traduction du français à l’espagnol: Hermes Flórez Pérez, séminariste eudiste, Province du Minuto de Dios. 

Français

English

En nuestro website CJM puede consultar esta entrevista