viernes, 15 de diciembre de 2017

Rencontre provinciale AACE France

Nous étions une trentaine d’amis et associés eudistes de France réunis à Paris le dimanche 10 décembre à Paris pour notre 1ère rencontre provinciale de l’année.

Nous avons retrouvé avec plaisir le P. Olivier Michalet le nouveau Supérieur Provincial, qui fut notre prêtre référent il y a quelques années.

Son intervention très appréciée avait pour thème : “Baptême et engagement : Des associés liés à la Congrégation de Jésus et Marie, société de Vie Apostolique”.

Dans un premier temps c’est en partant de l’approche originale du baptême qui était celle de St Jean Eudes qu’il nous a conduits à « Lumen Gentium » et à l’appel universel à la sainteté dans l’Eglise. Puis dans un deuxième temps, il nous amenés à réfléchir à la question suivante : “Quelle vie apostolique pour les laïcs” ?


Au cours de la messe qui a clos cette journée, Monique et Jean-Claude Fabre, Monique Melin et Robert Fleuret ont renouvelé leur association à la Congrégation.

Galerie de photos

Español

Lire notre website CJM. Cliquez ici

Zoom sur… l’AVENT au séminaire !

Le temps de l’Avent est un temps important cette année au séminaire car nous le vivrons en communauté dans sa quasi-totalité. C’est pourquoi nous avons décidé de le vivre autrement. En effet, avec le comité de liturgie, nous avons réfléchi sur l’emplacement de la crèche : à la chapelle ? au foyer ? Nous avons décidé de l’installer à la chapelle, mais près du tabernacle plutôt que devant l’autel comme cela peut se faire en paroisse. Par cela, nous voulons signifier qu’il est important de montrer que dans cette crèche, c’est Dieu qui se rend présent dans le corps d’un enfant, et que, durant le temps qui précède Noël nous sommes aussi invités à prier devant la crèche. Tabernacle et crèche sont deux lieux d’habitation du Fils de Dieu. Si le tabernacle signifie la présence de Dieu dans son Eglise ou au milieu de son peuple, la crèche rappelle quant à elle la pauvreté et la sobriété du Christ.

Enfin, d’une manière plus traditionnelle, quatre bougies seront allumées au pied de l’autel pour montrer notre marche vers le Christ. Cela permet de nous montrer que nous ne sommes jamais arrivés mais que nous sommes toujours en mouvement. C’est le symbole de la vie chrétienne sur terre qui est un chemin incessant vers le Christ, Lumière du Monde.

Benoît Roland-Gosselin, 6ème année, Diocèse de Poitiers


Source principale : seminaire-orleans.fr

Lire notre website CJM. Cliquez ici

Encuentro provincial AACE Francia


El pasado domingo 10 de diciembre unos 30 AACE de la Provincia de Francia nos reunimos en París para nuestro primer encuentro provincial del año.

Nos encontramos con mucho gusto con el P. Olivier Michalet, Superior Provincial, que fue nuestro sacerdote referente hace algunos años.

Su ponencia - muy apreciada de todos nosotros - trató el tema “Bautismo y compromiso. Unos asociados unidos a la Congregación de Jesús y María, sociedad de vida apostólica”.

Nos llevó en un primer tiempo, de la concepción muy propia que tenía San Juan Eudes del bautismo a “Lumen Gentium” y a la “llamada universal a la santidad en la Iglesia”. Luego, en un segundo tiempo, nos incitó a reflexionar a partir de esta pregunta : “¿Qué es la vida apostólica para los laicos ?”


Durante la eucaristía que clausuró este encuentro, Monique y Jean-Claude Fabre, Monique Melin y Robert Fleuret renovaron su asociación a la Congregación. 


miércoles, 13 de diciembre de 2017

"Prepare the way of the Lord!"

hermanoleon clipart
SECOND SUNDAY OF ADVENT
Sem. Errol Salcedo

In the age of the fast changing society which everything must have to be "instant", the word preparation would seem to be neglected. When i was a child, i was introduced to instant milk, coffe and noodles, which eventually, becomes an instant relationship, instant decision, and instant action. Now, the results are we have instant baby, instant breakup(separation), and instant happiness. Then we discovered that there are no better results for the quick-inconsiderable judgements. It is tempting to take the easy way than to challenge ourselves. It is easy to cheat than to study; to drink or take drugs than to face problem; or to covet than to be faithful. However, are they really good ways to make us better individuals? Sometimes, we no longer see the beauty of hardship and the value of sacrifice for the better purpose. Hardship and sacrifice, actually, makes us grow and better persons.Thus, if they are needed just for us to be prepared, then why not grab the opportunity to grow and be patient of our own process.

After all, life is not a competition (who would win or loss?) but a mature use of one's freedom so that when the time comes, facing our Creator, we could say, "i have lived meaningfully and use conscientiously the life you have entrusted to me."( see 2 P 3: 9) I remember my parents who are working hard so that we can eat and go to school. Now my mother will always say, "I and your were able send all of you to school and that's the greatest gift we offered to you".

Second, when we prepare, we also plan. We plan because we want to make the encounter with "Other/s" more satisfying. Though, we do not have the grasp of what will happen, our plans will give us the confidence for a meaningful encounter. I was a youth minister and organizer for more or less 15 years. Every now and then, we have to plan and organize activities and programs so that we can have a beautiful and meaningful encounter. From those experiences, i discovered the beauty of "planning" or "plan of actions" in preparation for a meaningful encounter of young individuals and their personal encounter with God. Perhaps, it is also good to ask ourselves, "how do we prepare ourselves for a meaningful encounter with our Lord?" so that this meaningful encounter would also be a wonderful celebration with God.

Lastly, when the preparation becomes an expression of our personal relationship with God. Preparation becomes an expression of one's being when an action no longer comes from self but from the will of God. In this way, we can relate to Paul when he said, "I can do all things through Christ who strengthens me."(Phil. 4:13 ) "It is no longer I who live, but it is Christ who lives in me."(Gal. 2:20) It is a mystical longing when God and I(you) becomes One like the fiat of the blessed mother - her entire being becomes One with God. Therefore, as we continue to prepare ourselves for Jesus' coming, let us make the path of the Lord straight, by preparing ourselves meaningfully so that when the Lord comes we can celebrate with Him wonderfully.


martes, 12 de diciembre de 2017

Vie Eudiste n°71/2017-3

Vie Eudiste est un périodique de la Province de France. Mais il est possible de s’abonner depuis heraut.bernard@gmail.com
d’autres pays. Contact :

Éditorial

En 2006, lors d’un Conseil général élargi aux provinciaux, la décision avait été prise de fonder aux Philippines, suite à l’appel de Mgr Luis Antonio Tagle, évêque d’Imus. Ce projet a demandé 3 ans de réflexion, de rencontres entre le Père Général, Michel Gérard, Mgr Tagle et les sœurs du Bon Pasteur. Dans ce pays de près de 100 millions d’habitants, où la population est de religion catholique à plus de 80 %, les besoins en formation du clergé, des futurs prêtres, l’animation spirituelle de centres dont l’un appartient à nos sœurs de Notre-Dame de Charité du Bon Pasteur ne manquent pas. Ce sont des prêtres des différentes Provinces (Amérique du Nord, France, Colombie, Venezuela, Afrique) qui sont allés à Tagaytay, puis maintenant à Quezon City.

Ces pionniers ont fait naître dans le cœur des chrétiens, la spiritualité de st Jean Eudes. Des vocations sont apparues. En 2011, Cirio Sabio Kabamalan devenait le premier eudiste philippin. Rendons grâce pour tout ce qui a été semé sur cette terre d’Asie. Découvrir une autre culture, parler une autre langue ne fut pas toujours facile. Avec l’appui, le soutien des Sœurs de NDCBP, les fondations ont été posées. Une nouvelle phase s’ouvre, en choisissant quel terrain de mission privilégié, tant de voies sont possibles pour la Bonne Nouvelle.

P. Bernard Héraut, cjm

Para que la Navidad no nos deje indiferentes


Interrogado, P. Guillermo Acero nos recuerda la importancia de un tiempo de retiro para prepararse para Navidad:
« La Iglesia invita a todos los cristianos a preparar las dos grandes solemnidades de Navidad y Pascua, por medio de un tiempo amplio de oración que llamamos Adviento y Cuaresma. Esos tiempos litúrgicos se acompañan de experiencias intensas de meditación personal y comunitaria en las que se escucha la Palabra de Dios en el silencio. Los retiros espirituales son precisamente eso: tiempos de gracia en los que cada uno abre su corazón con humildad y deja que la presencia de Dios llene con su gloria los rincones oscuros de la existencia humana. Habitualmente están acompañados de una conferencia espiritual, una meditación personal, el sacramento de la reconciliación y la celebración eucarística.”

Para prepararse a la Navidad, el sábado anterior, el último del año litúrgico, antes de la Solemnidad de Jesucristo, Rey del Universo, 15 presbíteros entre estudiantes y miembros de la administración general se retiraron con este fin. "Este tiempo de retiro tuvo lugar en la Casa General de los Pasionistas en el Celio (Roma). El Padre Franco Stano, religioso claretiano, postulador de su Congregación, animó el retiro de adviento del Colegio San Juan Eudes de Roma a partir del tema: "El amor en la cima. Para que la Navidad no nos deje indiferentes". Fue una reflexión sobre la vida, el Adviento y la Navidad. Para la meditación personal propuso la poesía "La Vierge à midi" de Paul Claudel. Durante la celebración eucarística tomó el evangelio de Juan 14,1-6.


Es mediodía. Veo la Iglesia abierta. Tengo que entrar.
Madre de Jesucristo, yo no vengo a rezar.

No tengo nada qué ofrecer,
y nada tengo que rogarte.
Sólo he venido, Madre, para mirarte.

Contemplarte, llorar de dicha, saber así
Que yo soy tu hijo y que Tú estás ahí.

Nada más que un momento
mientras se para el aire.
¡Mediodía!
Allí donde tú estés, estar contigo, Madre.

Sin decir nada, contemplar tu semblante,
Dejar al corazón cantar con su propio lenguaje,
Sin decir nada, cantar porque se tiene el corazón tan lleno,
Como el mirlo que sigue sus anhelos
en súbitos gorjeos.

Porque Tú eres hermosa,
porque Tú eres inmaculada,
La mujer de la Gracia por fin reinstaurada.
La criatura en su primer honor y en su desvelamiento final,
Tal como salió de Dios la mañana de su esplendor original.

Inefablemente intacta porque
Tú eres la Madre de Jesucristo,
Que es la verdad en tus brazos, y la sola esperanza y el fruto único.

Porque eres la mujer, el Edén de la antigua ternura olvidada,

Allí dónde el mirar encuentra de golpe el corazón y hace saltar las lágrimas en él acumuladas.

Porque Tú me has salvado, porque a Francia has salvado,

Porque también en ella, como en mi, Tú has pensado,

Porque Tú interviniste justo entonces cuando todo se hundía,

Porque una vez más has salvado a esta Francia mía.

Porque ahora es mediodía, porque estamos ahora en este día,

Porque Tú estás para siempre ahí, simplemente porque Tú eres María, simplemente porque existes Tú.

¡Gracias y otra vez gracias, Madre de Jesús!

Album Collegio Saint Jean Eudes. Vea la galería aquí

Français - English 

En nuestro website CJM puede ver esta información

Une nouvelle Maison pour les Petites Soeurs des Pauvres

© Matthieu POIGNANT

Les Petites Soeurs des Pauvres ont lancé un grand chantier de rénovation de leur Maison de la rue Hénon, à la Croix-Rousse.

Les Petites Soeurs des Pauvres sont établies à la Croix-Rousse depuis plus de cent cinquante ans, afin de veiller sur les personnes âgées aux revenus modestes. Un grand chantier a débuté en juillet pour donner un nouveau visage à l'EHPAD. Visite en compagnie du maire du 4e arrondissement, David Kimelfeld.

Les neuf soeurs et la quarantaine d'employés accueillent 72 résidents dans la Maison de la rue Hénon. Un bâtiment de nombreuses fois refait, qui ne répond plus aux normes de sécurité. Par conséquent, ouvriers, engins de construction et grues s'activent à côté de l'EHPAD : les travaux sont lancés.

UN CONFORT AMÉLIORÉ POUR LES RÉSIDENTS
Un peu plus de 80 personnes pourront bénéficier de cette nouvelle bâtisse, dotée de chambres individuelles spacieuses et de sanitaires de qualité. Pour ce faire, cela nécessite de passer par la destruction d'une aile de la Maison, ainsi que de la chapelle, qui sera entièrement reconstruite.


Voir le reste de l'information dans la source principale : rcf.fr

Lire notre website CJM

Eudist Life n°71/2017-3

Eudist Life is a periodical of the Province of France. But it is possible to subscribe since other countries. Contact heraut.bernard@gmail.com

Editorial

In 2006, during a General Council enlarged to the provincials, the decision had been taken to found in the Philippines, to answer to the call of Mgr. Luis Antonio Tagle, bishop of Imus. This project took 3 years of thinking, meetings between Father Général, Michel Gérard, Mgr. Tagle and sisters of the Good Shepherd. In this country of about 100 million inhabitants, where the population is of catholic religion in more than 80 %, needs in formation of clergy, the future priests, the spiritual animation of centers among which the one belongs to our sisters of Notre-Dame of Charity of the Good Shepherd do not miss.

Priests of the various Provinces (North America, France, Colombia, Venezuela, Africa) went to Tagaytay, then now to Quezon City. These pioneers created in the heart of the Christians, the spirituality of st John Eudes. Vocations appeared. In 2011, Cirio Sabio Kabamalan became the first one eudist Philippine. Let us return grace for all which was sowed on this earth of Asia. To discover another culture, to speak another language was not always easy. With the support, the support of the Sisters of NDCBP, the foundations were put. A new phase opens, by choosing which privileged ground of mission, so many ways are possible for the Good news.

P. Bernard Héraut, cjm

Afin que Noel ne nous laisse pas indifférents


Interrogé, le P. Guillermo Acero nous rappelle l’importance d’un temps de retraite pour se préparer à Noel : 
« L’Eglise invite tous les chrétiens à préparer les deux grandes solennités de la Nativité et de Pâques par un temps long de prière appelé respectivement l’Avent et le Carême. Ces temps liturgiques sont accompagnés d’expériences fortes de méditation personnelle et communautaire au cours desquelles on écoute la Parole de Dieu, en silence. Les retraites spirituelles sont précisément cela : des temps de grâce où chacun ouvre son cœur avec humilité et fait en sorte que la présence de Dieu le remplisse avec sa gloire les coins obscurs de l’existence humaine. En général, les retraites sont accompagnées de conférence spirituelles, de méditation personnelle, du sacrement de réconciliation et de la célébration eucharistique. »

C’est donc pour se préparer à noel que le dernier samedi de l’année liturgique, précédant la fête de Christ Roi, 15 prêtres étudiants du Collège Saint Jean Eudes et membres de l’Administration générale sont « montés à l’écart ». Ce temps de retraite a eu lieu sur la colline du Celio, à la Maison Générale des Passionnistes. Et c’est le Père Franco Stanom religieux claretains, postulateur de sa Congrégation qui l’a animée à partir du thème « D’abord l’amour. Afin que Noel ne nous laisse pas indifférents ». Sa réflexion a porté sur la vie, l’Avent et la nativité. Pour le temps de méditation personnelle, il a proposé la poésie de Paul Claudel : « La Vierge à midi » et lors de la messe, il a lu puis commenté l’évangile de Jean, chapitre 14, 1-6.


01 Que votre cœur ne soit pas bouleversé : vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi. 02 Dans la maison de mon Père, il y a de nombreuses demeures ; sinon, vous aurais-je dit : “Je pars vous préparer une place” ? 03 Quand je serai parti vous préparer une place, je reviendrai et je vous emmènerai auprès de moi, afin que là où je suis, vous soyez, vous aussi. 04 Pour aller où je vais, vous savez le chemin. »
05 Thomas lui dit : « Seigneur, nous ne savons pas où tu vas. Comment pourrions-nous savoir le chemin ? » 06 Jésus lui répond : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi.

Album Collegio Saint Jean Eudes. Cliquez ici

English - Español

Lire notre website CJM. Cliquez ici

2e dimanche de l’Avent 2017

Deuxième dimanche de l'Avent, Année «B»

Père Pierre Drouin, c.j.m.,

Isaïe 40,1-5.9-11

Psaume 85 (84)

II Pierre 3,8-14

Marc 1,1-8

Le premier mot de l’évangile selon saint Marc est le même que le premier mot de toute la Bible : « Commencement du ciel et de la terre » dans la Genèse, « Commencement de la Bonne Nouvelle… », dans Marc.

Marc nous dit ainsi qu’avec la venue de Jésus, Dieu prend un nouveau départ, lance «une nouvelle création». Et ce temps de l’Avent nous offre ainsi, chaque année une chance de repartir, une occasion de ranimer en nous la flamme de l’espérance.

« Bonne Nouvelle »c’est ce que traduit notre Bible et c’est bien!: On transcrit ce mot, souvent du grec par «évangile », Ici, il ne parle pas d’un livre. Pour Marc, la « Bonne nouvelle », c’est Jésus ressuscité, c’est Pâques.

Notre foi nous ouvre à une heureuse, extraordinaire et joyeuse « nouvelle » : le Seigneur vient, il nous ouvre dès maintenant les portes de la vie! Nous sommes faits pour vivre toujours dans le Christ, nous les fils et filles bien-aimés du Père.

Mais, et c’est la grâce de Jean Baptiste de nous le rappeler, nous ne pouvons pas nous contenter d’attendre passivement que Dieu vienne. Nous devons « préparer la route au Seigneur »rendre droits ses sentiers (v.3) et comme dit Isaïe, dans la Première lecture, «remplir le creux, le vide des vallées» (v.4) .

C’est pourquoi, chaque année, ce temps de l’Avent nous invite à la conversion du cœur. Et comment on va faire? Nous en connaissons les moyens : je vous les rappelle. J’en vois 4:

*reprendre la méditation de la Parole de Dieu, de la Bible;

*retrouver le chemin d’une prière plus profonde et un peu plus longue,

*partager avec les plus démunis, avec les pauvres et abandonnés autour de nous. (L’arbre de Noël…)

*et recevoir, avant Noël, le sacrement de réconciliation.

C’est que la venue du Seigneur, ça se prépare d’abord en nous. Cherchons à enlever de nos vies tout ce qui n’est pas de Dieu… que sont nos péchés, nos omissions. Un de manquements de notre vie est certainement que nous ne prions pas ou que nous ne prions pas assez…

Un autre aspect de notre vie à revoir, est que nous ne sommes pas assez bons envers notre prochain, Apprenons à ne plus juger ou condamner notre frère, notre soeur… même si ses actions sont mauvaises. Car en le (la) rejetant, nous rejetterions aussi Dieu qui est en lui., en elle.

Faisons disparaître de nos vies, le mensonge qui assombrit nos jours.

Préoccupons-nous davantage des pauvres et des personnes abandonnées, seules.

Reconnaissons notre pauvreté, notre souffrance, notre blessure pour rencontrer «Celui qui vient faire toutes choses nouvelles », Celui dont « la gloire se révèlera », Celui qui nous façonne « un ciel nouveau et une terre nouvelle où résidera la justice » comme nous le rappelle la deuxième lecture.(II Pierre 3,13)

Nous venons de voir la part active que nous devons prendre à la venue de Dieu dans notre vie. Mais, nous le savons bien, nos efforts humains ne servent à rien, si Dieu ne met pas aussi la main à la pâte. Jean-Baptiste l'annonce aussi avec force: « Moi, je vous ai baptisés dans l'eau, lui, vous baptisera dans l'Esprit Saint ! »

Le «sacrement », c'est, précisément, le geste de Dieu répondant à la conversion de l’homme, de la femme. Et nous savons bien qu'après notre baptême, il y a un second baptême, qui porte le nom de sacrement du pardon. Là encore, c'est une question de foi.

C’est pourquoi peut-être pourrais-je redécouvrir le sacrement de réconciliation, du pardon en ce 3éme dimanche de l’Avent.

Devenons aussi, en ce temps d’Avent, des précurseurs comme Jean, le Baptiste: Parents, grand-parents, catéchistes, voisins, recevons par Jean la grâce d’accueillir, de donner goût, d’indiquer un chemin, de proposer la joie de l’expérience personnelle du Christ, en ce temps de l’Avent et de Noël que nous recevons du Seigneur. Amen!


Vida Eudista n°71/2017-3

Vida Eudista es un periódico de la Provincia de Francia. Pero es posible inscribirse desde otros paises. Contactar a heraut.bernard@gmail.com

Editorial

En 2006, en el Consejo general extendido a los provinciales, la decisión había sido tomada de fundar en Filipinas. En respuesta a la llamada de Mons. Luis Antonio Tagle, obispo de Imus. Este proyecto pidió 3 años de reflexión, de encuentros entre el Padre General, Michel Gérard, Mons. Tagle y las hermanas del Buen Pastor. En este país de cerca de 100 millones de habitantes, donde la población de religión católica es más de 80%, las necesidades en formación del clero, los futuros sacerdotes, la animación espiritual de centros del que uno pertenece a nuestras hermanas de Nuestra Señora de la Caridad del Buen Pastor no faltan.

Son sacerdotes de las diferentes Provincias (América del Norte, Francia, Colombia, Venezuela, África) que fueron a Tagaytay, luego ahora en Quezon City. Estos pioneros originaron en el corazón de los cristianos, la espiritualidad de san Juan Eudes. Vocaciones aparecieron. En 2011, Cirio Sabio Kabamalan fue ordenado como el primer eudista filipino. Demos gracias para todo lo que ha sido sembrado sobre esta tierra de Asia. Descubrir otra cultura, hablar otra lengua no fue siempre fácil. Con apoyo, el apoyo de las Hermanas de NDCBP, las fundaciones han sido creadas. Una nueva fase se abre, escogiendo cual terreno privilegiado de misión, tantas vías son posibles para la Buena Noticia.

P. Bernard Héraut, cjm

So that Christmas does not leave unmoved us


Questioned, P. Guillermo Acero reminds us the importance of a time of retreat to get ready for Christmas:

" The Church invites all the Christians to prepare two big solemnities : Christmas and the Easter by a long time of prayer called respectively the Advent and the Fast. These liturgical times are accompanied with strong experiences of personal and community meditation during which we listen to the Word of God, silently. The spiritual retreat are exactly it: times of grace where each one opens the heart with humility and makes so that God's presence fills it with its glory the dark corners of the human existence. Generally, the retreats are accompanied with conference spiritual, of personal meditation, the sacrament of reconciliation and the eucharistic celebration. "

It is thus to get ready for Chrismas that last Saturday of the liturgical year, preceding the Sunday of Christ King, 15 student priests of the college Saint John Eudes and the members of the general Administration " rose aside ". This time of retreat took place on the hill of Celio, at the General House of Passionnistes. And it is religious Father Franco Stanom claretains, to postulateur of his Congregation which led from the theme " at first love. So that Christmas does not leave unmoved us ". His reflection concerned the life, the Advent and the nativity. For the time of personal meditation, he proposed Paul Claudel's poetry: " the Virgin at noon " and during the mass, he read then commented on Jean's Gospel, on chapter 14, 1-6.


It is noon. I see the church open. I must enter.
Mother of Jesus Christ, I have not come to pray.
I have nothing to offer and nothing to ask.
I have come only, Mary, to gaze upon you.
To gaze upon you, to weep with joy, to know this –
That I am your son and that you are here.
Only for that moment when everything stops.
Noon!
To be with you, Mary, in this place where you rest,
Saying nothing, looking at your face,
Letting my heart sing its own language.
Saying nothing, yet still singing because my heart is too full,
Like the blackbird who pursues an idea
in this kind of sudden couplets.
For you are beautiful, for you are immaculate,
Woman finally restored to Grace,
Creature in her first honor and in her final flourishing,
Just as she emerged from God
on the morning of her original splendor.
Ineffably intact because you are the Mother of Jesus Christ,
Who is truth in your arms, and our sole hope and sole fruit.
Because you are woman, Eden of ancient tenderness forgotten,
Whose gaze finds my heart all of a sudden,
and makes collected tears spring forth, […]
Because it is noon, because we are here today,
Because you are there forever, simply because you are Mary,
simply because you exist.
Mother of our Lord, be thanked!

lunes, 11 de diciembre de 2017

Homélie de conclusion de la retraite du P. Jean-Michel Amouriaux

Nous accueillons la Parole de Dieu au terme de notre retraite, comme la Parole que Dieu veut nous donner aujourd’hui. Je remarque trois aspects ; trois dimensions de notre vie eudiste, pour renouveler notre être Eudiste.

1/ Dans l’extrait du chapitre 10 que nous avons entendu Saint Paul parle de « la Foi du cœur ». Nous sommes invités à observer toute réalité de cette manière : avec la Foi pour discerner l’omniprésence du Seigneur en toute chose et à tout moment. C’est Lui qui nous protège nuit et jour, lui qui nous entoure quand nous travaillons pour lui, quand nous péchons. Il est toujours avec nous. Ce regard de foi transforme notre cœur comme le dit saint Jean Eudes, pour former Jésus en notre esprit et dans notre cœur. L’intitulé de cette retraite est : opter pour la formation de Jésus en nous de façon permanente. Je n’accomplis pas ce choix seulement parce que la formation de Jésus en nous fait partie de notre spiritualité, mais parce que c’est l’unique voie de Salut. Le projet du Père est de faire naître et grandir son Fils en tous les hommes. C’est pour cela que saint Paul unit deux expressions dans ce passage « la foi du cœur » et « la profession des lèvres ». C’est une autre façon de comprendre l’expression du Pape François « disciples-missionnaires ». Nous ne pouvons être missionnaires sans être disciples et nous ne pouvons être disciples sans aller en mission. Le missionnaire doit avoir quelque chose à offrir et tout ce qu’il peut offrir c’est ce en quoi il croit. Ses lèvres proclament la foi qu’il y a dans son cœur, pas ses idées ou ses opinions. « La bouche parle de l’abondance du cœur » (Lc 6,45). Notre fécondité missionnaire dépend radicalement de notre vie intérieure, et dès lors, de la formation de Jésus en nous. Tous les efforts que nous ferons pour former Jésus en nous ont déjà une valeur missionnaire. Ce n’est pas un luxe, ce n’est pas un plus, c’est une nécessité. Nous avons la chance d’avoir une spiritualité qui nous aide à réaliser notre vocation de disciples-missionnaires.

Español

Vous pouvez lire ou télécharger l'homélie complète du Père Jean-Michel Amouriaux ici

Nous vous invitons à lire ou télécharger l'homélie du Père Michel à Medellin

Lire notre Homélie  in notre website CJM

La aventura de la Misión

Dentro de la Congregación de Jesús y María fundada por San Juan Eudes en 1643, el espíritu misionero es fundamental. De tal manera que a ejemplo del padre Eudes, todos los que hacemos parte de la comunidad debemos seguir sus pasos y adentrarnos en la evangelización con espíritu misionero.

Sin embargo, pudiéramos preguntarnos concretamente por este espíritu, pues puede entenderse de diversas maneras. Por mi parte, daré una definición desde mi experiencia pastoral y desde lo vivido como candidato de la CJM en la provincia Minuto de Dios. A principios del mes de mayo del 2017 tuve la oportunidad de ser invitado al retiro con los jóvenes de la Comunidad Católica Francófona de Bogotá (CCFB), por Aude Bauguin, quien siendo asociada eudista me pidió participar en tal retiro para acompañar los jóvenes.

Este fue mi primer contacto con los muchachos, los cuales me acogieron muy bien, a pesar que para esta época mi francés no estaba muy bien, y era un poco complejo comunicarme eficazmente. Sin embargo, el retiro transcurrió en medio de cantos de alabanza, enseñanzas y momentos de reflexión, que resultaron muy provechosos para todos.

Al finalizar el retiro y por petición del padre Sylvain Ahouankon, me postularon para acompañar el
proceso de Aumônerie de los jóvenes de la CCFB, de tal manera que pude adentrarme un poco más en la cultura y en la manera de trabajar del estilo francés. Esta nominación no fue únicamente para mí, ya que también Marie Rouanet, voluntaria fidesco, fue llamada para este servicio.

Así comenzamos la aventura de acompañar estos jóvenes en la Aumônerie, la cual fue de gran bendición, pues pudimos diseñar un programa de temas en el cual el Amor de Dios y su misericordia eran fundamentales, dichos temas nos permitieron también darle espacio a la espiritualidad eudista desde la encarnación.

Esta oportunidad de estar en la Aumônerie, se convirtió en la posibilidad de hablar de Jesucristo desde la concreción de la vida y por su puesto desde las enseñanzas de San Juan Eudes, un misionero por excelencia. Ahora bien, es aquí donde me atrevería a definir la misión como la aventura de conocer nuevos mundos, nuevas maneras de pensar y nuevas percepciones; con el objetivo de hablar de Jesucristo, y puedo deducir esto con facilidad, ya que con eudistas memorables como el padre Teodoro Hamón, quien fuera el primero en pisar tierra colombiana, o el padre García Herreros el misionero de los pobres, y claro, cómo dejar por fuera al fundador, al padre Eudes, quien con 117 misiones fuera el misionero de la misericordia en el siglo XVII. Estos hombres de Dios me permiten dar una definición de lo que es la misión, y en consecuencia me animan en el seguimiento a Jesucristo desde el anuncio a través de todas las aventuras de la vida.

De este modo, emprendí la misión con la CCFB comprendiendo que no es necesario cruzar los mares o recorrer grandes distancias para aventurarse en el anuncio de Jesús, pues solo son necesarias las ganas de hablar de Él, aprovechando cualquier oportunidad para ser testigos de su gran Amor. Esta actitud fue con la que asumí la misión de la Aumônerie en Bogotá, en la cual a través de juegos muy divertidos, risas, oraciones y reflexiones, pudimos con los jóvenes franceses, además de pasar momentos agradables, compartir la vida cristiana como hermanos. Hubo situaciones muy especiales y edificantes, un ejemplo de esto es la visita que hicimos a los niños de la Casa Verónica de la Fundación Eudes, niños que viven con el VIH. Experiencia que nos permitió liberarnos de imaginarios y estigmas que en ocasiones lo único que nos dejan son dolorosas rupturas como familia cristiana.


En este día de integración navideña, pudimos cantar juntos, orar juntos, compartir el idioma y comer todos en las misma mesa, signo que me pareció muy bello, pues pudimos sentirnos familia al rededor no del pan y el vino, como Jesucristo, sino de una deliciosa natilla acompañada de unos buñuelos.

Para mi la Aumônerie, ha sido una gran aventura que me ha permitido fortalecerme como futuro presbítero eudista, asumiendo los retos que se nos presentan actualmente y traspasando barreras como el idioma para poder llevar la buena noticia de Jesucristo a donde se necesite.

Andrés Rodríguez Tique

Blessed are you among Women!

IMMACULATE CONCEPTION

Sem. Minh Vu Martin Nguyen

Today's feast of Immaculate Conception comes from a long historical evolution of popular Christian devotion. The meaning of the term “Immaculate Conception” is not about Mary’s physical conception or about the physical process. Rather, it is theological: “from the first moment of her conception, she was preserved intact from all stain original sin” as Pope Pius IX promulgated.

The historical development of the doctrine started from Origen in the East who did not believe Mary to be without fault. Irenaeus in the West did not consider Mary free from all human fault. The acceptance of Mary as holy with Immaculate Conception was the result of popular Christian piety and prayer, not scholarly and theological reflection. Eadmer of Canterbury (d.1130) first began to argue for this doctrine: “God certainly could do it, it therefore, he willed it, he did it.” But Thomas Aquinas and Bernard of Clairvaux denied this doctrine because Mary herself also needs to be redeemed by Christ.

The dispute was calmed by John Duns Scotus (1300) who defined that in the case of Mary, redemption - as preserving Mary from sin – is more perfect than freeing from sin. Mary’s redemption is anticipatory. In 1854, pope Pius IX declared this doctrine: “Blessed Virgin Mary was free from original sin from the first moment of her existence.” As sin is understood as stain, and Mary is preserved intact from all stain of original sin.

Saint Augustine helped us to understand this dogma by his explanation about original sin. By the sin of Adam, the original condition of moral and physical integrity has been lost. This sin influences every descendants of the human race at the moment he/she comes into being. Only grace of God can bring salvation. Thus, the doctrine of Immaculate Conception means than “Mary is preserved intact from all stain of original sin”, she was spared from the fallen nature at the beginning of history.

The dogma of the Immaculate Conception witnesses the grace of God freely offered to each human being at the beginning of life. Today's feast invites us to be aware of the divine presence in us. Sometimes we do not fully comprehend what is happening inside and outside us. Like Mary, we should always live in constant communion with GOD. Let's ask God to enlighten our mind to understand the will of God revealed to us through our daily activities. Let's communicate with our loving and merciful God and present to Him our worries and concerns while doing His will. By giving us His only Son who died for us and empowered us to overcome our human weaknesses in following Jesus’ footsteps, God Himself chose a very costly way to enables us to actualize what God's calling us to do or to be. We should trust in Him since God’s presence and grace will always with us. Sister Coyle wrote that “the symbol of Immaculate Conception reminds us that we have been given glimpses of divinity, life is ultimately good and meaningful. It will find it fulfillment in the final coming of Christ.” As we realize our role in God's salvific plan, like Mary, let's say “Fiat” to God with courage and total trust. Since “divine grace does not undermine human freedom, but awake a free response”, each of us can contribute our best in cooperating with God's grace. If we fail, do not lose hope but stand up again since our experience makes our next step stronger and more determinate in glorifying God and strength enjoying His everlasting peace.

Indeed, it is quite difficult for us to see God's divine presence in the person we do not like to encounter. However, we cannot deny the existence of goodness in that person which reflects God's love and mercy as “image and likeness” of God. Therefore, once again, we ask God to strengthen us to overcome our biases and prejudices. Why we continue to suffer from our own perception? We better “think positively” and start to do good with confidence that our goodness coming from God will conquer all hatred and misunderstandings. Do not let evil take advantage of our weaknesses to distance us from God. The devil can never give us inner peace but full of anxieties and mistrust. Let's choose to do good, to walk strongly with God who never fails to accompany us in our journey of faith.

Like Mary by her Immaculate Conception, we are called to raise our prophetic voice for the poor, the exploited, excluded, deprived, etc. Let's confront the unjust political, economic and social system which is so much influenced by “original sin”. Let's ask for “Jesus’s grace to break the cycle of evil by refusing to be carriers of evil”; Saint Paul proposed us to “put on the mind of Christ” (1 Cor 2:26) to care for one another and care for the nature. Our world already shaped by sinful decisions, situations, prejudices, biases,etc we need to work together with God's grace to bring the creation back to its original beauty. God is calling us to realize that we are all responsible to cooperate with Him in building a better future for all creatures. That duty is not on individual but can be laid on everyone collectively. Therefore, we start by this very moment of our lives not only doing our best in joining God's salvific plan for us and for all creatures by witnessing His power of transformation our lives, but also inviting our community to help one another to recognize God's presence in every one and everything by our effort to build a better “common home” (pope Francis in his Laudato Si) for all of us. May our Blessed Mother intercede for us!


Homilía de conclusión del retiro del P. Jean-Michel Amouriaux

Acogemos la Palabra de Dios al final de nuestro retiro, como la palabra que Dios quiere darnos hoy. Señalo tres aspectos; tres dimensiones de nuestra vida eudista, para renovar nuestro ser Eudistas.

1/ San Pablo en la carta a los Romanos (cap. 10) habla de “la fe del corazón”. Estamos invitados a observar toda realidad de esta manera: con la fe para discernir la omnipresencia del Señor en todas las cosas y en todo momento. Él nos cumbre de noche y de día, él nos rodea cuando trabajamos por él, incluso, cuando nosotros pecamos. Siempre él está con nosotros. Esta mirada de fe transforma nuestro corazón como le dice san Juan Eudes, para formar a Jesús en nuestro espíritu y en nuestro corazón. El llamado de este retiro es optar par la formación de Jesús en nosotros de manera permanente. Esta opción no la realizo solamente porque hace parte de nuestra espiritualidad sino porque es la única vía de Salvación. El proyecto del Padre es hacer nacer y crecer a su Hijo en todos los hombres. Es por eso que san Pablo une dos expresiones “la fe del corazón” y “la profesión de los labios”. Es otra forma de comprender la expresión del Papa Francisco “discípulos-misioneros”. No podemos ser misioneros sin ser discípulos y no podemos ser discípulos sin ir en misión. El misionero debe tener algo para ofrecer y lo único que él puede ofrecer es aquello en lo que él cree. Sus labios proclaman la fe que hay en su corazón, no sus ideas o sus opiniones. “De la abundancia del corazón habla la boca”. Nuestra fecundidad misionera depende radicalmente de nuestra vida interior, entonces, de la formación de Jesús en nosotros. Todos los esfuerzos que haremos por formar a Jesús en nosotros tienen ya un valor misionero. No es un lujo, no es un plus, es una necesidad. Nosotros tenemos la suerte de tener una espiritualidad que nos ayuda a llevar a cabo nuestra vocación de discípulos-misioneros.

Français

Puede leer o descargar la Homilía completa del Padre Jean-Michel Amouriaux aquí 

Lo invitamos a leer o descargar la homilía del Padre Jean-Michel en Medellín

Siga este vínculo para ver esta información en nuestro website CJM 

L’aventure de la mission

Au sein de la Congrégation de Jésus et Marie, fondée par saint Jean Eudes en 1643, l’esprit
missionnaire est fondamental. Au point qu’à l’exemple du père Eudes, nous tous ceux qui faisons une partie de la communauté nous devons suivre ses pas et nous enfoncer dans l'évangélisation avec un esprit missionnaire.

Ependant nous pourrions nous poser des questions à propos de ce qu’il en est concrètement de cet esprit parce que cela peut se comprendre de manières diverses. Je vais donner une définition à partir de mon expérience pastorale et de mon vécu comme candidat de la CJM dans la province la Minute de Dieu.

Au début du mois de mai 2017 j’ai eu l’occasion d’etre invité à une retraite des jeunes de la Communauté catholique francophone de Bogotá (CCFB), par Aude Bauguin. Elle est associée des Eudsites et m’a demandé de participer à cette retraite pour accompagner les jeunes.
Ce fut mon premier contacta vec les jeunes qui m’ont très bien accueilli meme si à cette époque je parlais mal français et c’était un peu difficile pour moi de communiquer efficacement. Cepenadnt la retraite s’est déroulée grace aux ahcnts de louange, avec des enseignements et des moments de réflexion qui ont été profitables à tous.

A la fin de la retraite, àa la demande de P. Sylvain Ahouankon, j’ai été mis sur les rangs pour accompagner l’aumonerie des jeunes de CCFB, afin que je puisse entrer un peu plus dans la culture et la manière de travailler selon le “style français”. Cette nomination ne concernait pas que moi mais également Marie Rouanet, une jeune volontaire fidesco, appelée elle aussi pour ce service.
C’est ainsi que nous avons commencé cette aventure d’accompagner des jeunes à l’aumonerie, ce qui fut une grande bénédiction. Nous avons mis en place un programme avec des thèmes parmi lesquels l’amour de Dieu et la miséricorde tiennent une place fondamentale. Ces thèmes nous ont permis d’ouvrir la porte à la spiritualité eudiste de l’incarnation.

Ma présence à l’aumonerie m’a permis de parler de Jésus Christ à partir de la vie concrète et, bien entendu, à partir des écrits de saint Jean Eudes, missionnaire par excellence. C'est ici que j'oserais définir la mission comme l'aventure de connaître de nouveaux mondes, les nouvelles manières de penser et des nouvelles perceptions, avec l'objectif de parler de Jésus-Christ. Je me permets de dire cela parce que j’en ai le témoignage avec des Eudistes mémorables comme le père Teodoro Hamón, qui fut le premier à marcher en terre colombienne, ou le père García Herreros le missionnaire des pauvres, sans laisser de coté, bien entendu notre fondateur le père Eudes, qui avec 117 missions fut le missionnaire de la miséricorde au XVIIe siècle. Ces hommes de Dieu me permettent de donner une définition de ce qui est la mission, et en conséquence ils m'encouragent à suivre Jésus-Christ depuis son annonce et à travers toutes les aventures de la vie.

C’est ainsi que j'ai entrepris la mission avec la CCFB en comprenant qu'il n'est pas nécessaire de croiser les mers ou de parcourir des grandes distances pour s'aventurer dans l'annonce de Jesús, puisque seul est nécessaire le désir de parler de Lui, en mettant à profit n'importe quelle opportunité d'être témoins de son grand Amour. C’est dans cette attitude que j'ai assumé la mission de l’aumonerie à Bogotá, où à travers des jeu, des rires, des temps de prière et de réflexion, nous avons pu avec les jeunes français, en plus de vivre de bons moments, partager la vie fraternelle de baptisés. Il y a eu des situations très spéciales et édifiantes, comme la visite que nous avons faite aux enfants de la Maison Verónica de la Fundación Eudes, les enfants qui vivent avec le VIH. L'expérience qui nous a permis de nous libérer d'imaginaires et les stigmates qui parfois la chose unique qu'ils(elles) nous laissent sont ruptures douloureuses comme famille chrétienne. Cette expérience nous a permis de nous libérer des imaginaires et des stigmatisations qui ne nous apportent que des ruptures douloureuses dans notre famille chrétienne. 


En ce jour d’intégration proche de Noel, nous avons chanté ensemble, prier ensemble, partager dsans nos langues et manger tous ensemble à la meme table. Ce signe m’a paru très beau parce que nous avons pu nous sentir en famille autour du pain et du vin, comme Jesus Christ, si ce n’est qu’en place de pain et vin il y avait une délicieuse natilla accompagnée de buñuelos.

Pour moi l'Aumonerie, a été une grande aventure qui a permis de me fortifier comme futur pretre eudiste, en assumant les défis de la transmission de la foi d’aujourd’hui et en traversant les frontières de la langue pour pouvoir porter la bonne nouvelle de Jésus-Christ où il y en a besoin.

Andrés Rodríguez Tique

Español

Lire notre website CJM. Cliquez ici

jueves, 7 de diciembre de 2017

Novena ao Divino Menino Jesus

Com textos de São João Eudes

Introdução

A Unidade de Espiritualidade Eudista (UEE) da CJM Virtual promove a nível de Congregação, da Grande Família Eudista e de seus associados, amigos e colaboradores a difusão da espiritualidade de São Juan Eudes, a fim de que seja mais conhecida na Igreja e que a riqueza deste tesouro espiritual alcance horizontes extensos e até agora inesperados.

Por tal motivo se propõe a seguinte novena de natal para contemplar o mistério da Encarnação a partir de textos sobre a infância de Jesus extraídos das obras de São João Eudes.

Desejamos que seja uma oportunidade maravilhosa para viver a Novena ao Divino Menino Jesus desde o pensamento de São João Eudes para que o recém-nascido viva e reine no coração de todos os cristãos.

Como rezar a novena:

1. Saudação de boas-vindas a novena de Natal.
2. Canção popular natalina.
3. Oração para todos os dias.
4. Leitura bíblica tomada do dia da novena correspondente.
5. Considerações a partir das meditações de São João Eudes.
6. Canção popular natalina.
7. Oração a Santíssima Virgem Maria.
8. Oração a São José.
9. Gozos. 10. Oração ao Divino Menino Jesus.
11. Canção popular natalina e despedida.

Faça o novena em português (Leia ou descarregar)

Effectuez la neuvaine en français (Lire ou télécharger)

Realice la novena en español (Leer o descargar)

Nosso website CJM

Un nuevo periodico: Juntos Para la Misión



La Casa de formación la misión de los padres eudista en Venezuela, tiene el agrado de compartir con ustedes nuestra primera edición digital de la revista "Juntos Para la Misión" para que puedas descubrir y saborear nuestra espiritualidad desde nuestra experiencia por medio de las redes. Les invitamos a poder leer cada uno de los artículos elaborados por los padres y seminaristas (formandos) eudista y compartir este material de evangelización con nuestros hermanos y hermanas de buena voluntad. recordarle que para cualquier sugerencia lo podrán hacer por medio del correo casadeformacion2016@gmail.com.

Lea o descargue

Français - English

“Former Jésus est une vision intégrale de la formation” dit le P. Jean-Michel Amouriaux

[TEXTE COMPLET ET GALERIE PHOTO] “Je suis très heureux de vous rencontrer ; vous êtes la prunelle de mes yeux » , voici ce que furent les premiers mots du successeur de saint Jean Eudes.

Le 2 décembre 2017, P. Jean-Michel AMOURIAUX, Supérieur Général de la Congrégation de Jésus et Marie est venu pour une rencontre à la Maison de formation eudiste « La Mission » de la Province du Minuto de Dios.

Après le mot de bienvenue formulé par les candidats en formation, le Père a souhaité connaitre de plus près la Maison de Formation et son processus, en commençant par les études que les jeunes mènent à UNIMINUTO dans le domaine des sciences bibliques et des cours virtuels de spiritualité eudiste (UEE). En lien avec l’UEE P. Álvaro Duarte, vice-recteur de la Maison de Formation et Responsable de ce Centre virtuel, a mis en avant le travail mené et qui continue de se faire, ui est un pas de plus dans l’histoire de la Congrégation pour que saint Jean Eudes soit déclaré Docteur de l’Eglise. Le P. Jean-Michel a alors affirmé qu’il « y a
beaucoup d’autres centres pour diffuser la spiritualité eudiste, par exemple avec les soeurs du Bon Pasteur. J’ai prêché une retraite pour elles au Liban, à partir de la spiritualité de saint Jean Eudes qui est bien connu grâce aux soeurs du Bon Pasteur. » il a insisté sur le fait que la UEE doit regarder particulièrement les productions en langue anglaise, domaine où les soeurs pourraient nous aider parce que la majorité d’entre elles parlent cette langue. De même, les petites Soeurs des Pauvres pourraient aider dans le sens où elles sont très intéressées à mieux connaitre notre spiritualité : « nous avons beaucoup de travail pour aider ce centre et l’Administration générale. Le programme pour lire saint Jean Eudes (programme de 5 ans sur Former Jésus) a été élaboré par l’UEE ».

Ensuite, il y a eu divers témoignages sur le style de vie mené dans les Koinonias, l’étude et les autres éléments propres et il y a eu un point de mire sur ce qui est particulier à la Maison de Formation et les différences avec un séminaire traditionnel. Le Père Général a particulièrement été interpellé par le rythme de travail-études des candidats. On a mis l'accent également sur la nécessité de vivre des expériences d'interprovincialité dans la Congrégation pour permettre aux jeunes d'avoir une maitrise minimale d’une langue de plus.

Après ces témoignages et une connaissance plus approfondie de la Maison de Formation, le P. Jean-
Michels’est adressé aux candidats en ces termes :

“Je connait la rénovation charismatique depuis plus de 30 ans. La rénovation charismatique fait partie de ma spiritualité. En effet, dans la manière de vivre de la spiritualité eudiste, la rénovation charismatique aide beaucoup. Le thème de l’Assemblée Générale était : la formation de Jésus en nous. Le thème de la formation de Jésus n’est pas un thème spirituel : c’est un sujet qui permet une vision intégrale de la formation. Quand nous étudions, nous formons Jésus dans notre réflexion, dans notre capacité à entendre et à comprendre, parce que Jésus est le logos universel. Quand on étudie une philosophie non chrétienne, nous pouvons rencontrer et adorer la présence de Jésus en tout. Tout chrétien sait reconnaitre la présence du logos dans toutes les sagesses et pensées. Cela permet de former Jésus dans notre esprit.

De même, il y a la formation de Jésus dans la Bible : le premier mot de la Genèse c’est la présence du logos et ensuite vient Jésus de Nazareth. Toute l’étude est une occasion de reconnaitre et adorer Jésus.
Former Jésus c’est aussi recevoir la forme humaine de Jésus : comme disciples de Jésus et comme appelés au célibat, nous devons vivre la chasteté amis la chasteté de Jésus. Ce n’est pas seulement une forme humaine bien construite, c’est aussi la manière dont Jésus le vivait dans sa vie.
De même la formation àa la prière c’est continuer la prière de Jésus.
De même le travail est continuation de la vie laborieuse de Jésus.
De même la mission : ce n’est pas la mission d’un groupe ou de la Congrégation c’et la mission de Jèsus que nous continuons dans l’Eglise.
La vie communautaire est une manière de former le corps du Christ.

Toute notre vie est une occasion de former Jésus.


L’unité de vie est un aspect très important pour un prêtre : cela ne peut pas se faire sans la formation de Jésus qu nait et grandit en nous, pour être tout en nous. Le défi de la vie chrétienne est cette formation qui est aussi le contenu de l’Evangélisation. Jean Eudes dit que prêcher c’est former Jésus dans les autres, faire naitre Jésus dans les autres y compris les non-chrétiens.

Je vous encourage à terminer ce style de formation du Minuto de Dios. C’est une cadeau de Dieu de vivre cette expérience. Il faut la vivre complètement et à fond : on ne peut pas vivre à moitié ! Merci à tous les formateurs parce que ce n’est pas facile d’être formateur. C’est une mission très exigeante. Merci au recteur et à toute l’équipe.

La prochaine rencontre avec vous aura lieu en juin pour la visite canonique, pendant un mois : je commence par le Pérou puis la Colombie et ensuite le Nicaragua. Il est possible que nous nous rencontrions de manière personnelle. J’aimerais bien rencontrer chacun de vous. Merci beaucoup. »


Source principale et galerie (Espagnol) : eudistasminutodedios.blogspot.com.co

Solennité du Christ Roi de l’Univers

http://blogs.stthomas.edu/tommieblogs/files/2016/05/Christ-Enthroned1.jpg
26 novembre 2017 - 34ème dim. du Temps ordinaire

‘Car c’est lui qui doit régner jusqu'au jour où Dieu aura mis sous ses pieds tous ses ennemis’ (I Cor 15, 23)

La fête du Christ Roi de l’Univers qui clôt notre année liturgique nous fait contempler Celui qui donne sens à l’Histoire de toute l’humanité, et dont, chaque dimanche, nous célébrons la victoire sur la mort et le péché.

Comme au soleil couchant, il est possible de percevoir avec plus d’acuité la beauté de la lumière du soleil, en fin d’année liturgique, à travers cette Fête nous contemplons Celui qui illumine toutes nos vies, et toute l’histoire : Le Christ Sauveur, le Seigneur de Gloire, le Roi de l’Univers.

Oui, Il est Celui qui donne SENS à notre vie et à l’Histoire des hommes : ‘La clé, le centre et la fin de toute histoire humaine se trouve en son Seigneur le Christ, fondement ultime de toutes choses, le même hier, aujourd’hui et à jamais ‘ (Gaudium et Spes 10) Et comment donne-t-il SENS à notre vie et à toute l’histoire ? Non pas en l’orientant malgré nous ; mais par nous, par l’ouverture de nos cœurs à sa grâce parce que l’Histoire avance dans le sens des victoires et des défaites de l’Homme par rapport au Bien, à la Justice et à l’Amour. Ainsi servons-nous ou ne servons-nous pas le Règne du Christ, son Règne de Justice, de Paix et de Vérité.

C’est pourquoi cette fête n’est pas une simple démarche intérieure de conversion sans influence sociale et pourrions nous dire au sens le plus noble, politique (comme soin de la Cité) car Celui qui dit à Pilate : ‘Ma royauté n’est pas de ce monde’ (Jn. 18, 36) nous dit aujourd’hui ‘Ce que vous avait fait au plus petit d’entre les miens, c’est à Moi que vous l’avez fait’ (Mt 25).

C’est pourquoi, inlassablement, nous disons au Père : ‘Que ton Règne vienne’, c’est-à- dire de faire grandir en nous son Règne, d’abord en nos cœurs et nos vies ; et inlassablement aussi, nous Lui présentons nos vies dans chaque Eucharistie pour qu’il fasse de nous des ouvriers de son Royaume, pour qu’à travers toutes nos actions, notre travail, nos engagements dans la Cité, notre monde progresse vers plus de Bien et de Justice. Jusqu’au Jour où ‘Tout sera achevé … et ainsi Dieu sera tout en tous’ (I Co 15, 26-28).

P. H. de Passemar, cjm